SUPER FORMULA  Japanese Championship

SurperFormula F4FIA_JAP Twitter
Photothèque Digital Photographic

Benoît Tréluyer en Le Mans Series en 2010 ? - SUPER FORMULA Japanese Championship

SUPER FORMULA Japanese Championship

La Super Formula Nippon en français sur internet depuis 2009

Benoît Tréluyer en Le Mans Series en 2010 ?

10 Novembre 2009, 22:18pm

Catégories : #Saison 2009

Redacteur Nicolas-Dura/Fw2Vimage

 

Ce week-end, sur le circuit de Motegi, Benoît Tréluyer disputait en compagnie de Satoshi Motoyama la dernière manche du championnat SuperGT au volant de leur Nissan GT-R. Benoît Tréluyer : « Le calendrier 2010 de la LMS se marie bien avec celui du Super GT au Japon et j’ai de bons contacts avec des écuries intéressantes. Pour ce qui du Japon, étant content de Nissan et Nissan étant content de moi, nous allons repartir pour une nouvelle campagne avec l’objectif de retrouver notre couronne. Et puis, il y aura les 24 Heures du Mans… »

Malgré les efforts conjugués de Benoît Tréluyer et de son équipier Satoshi Motoyama, l’écurie Motul-Autech n’aura pas été en mesure de conserver son titre en Super GT 500. Sur le tracé de Motegi ce dernier week-end, ils finissaient par plier sous les coups répétés de leurs adversaires directs. Ils terminent respectivement aux 4e et 3e place du championnat.

« Pour nous, tout commençait par une qualification type F1 avec obligation de changer de pilote à chaque fois. Satori s’acquittait de la Q1 en gommes dures, puis je disputais la Q2 en tendres avant de lui repasser le volant pour la Q3. Hélas, il se retrouvait un peu surpris par le niveau de grip en pneus tendres et ne pouvait faire mieux que le 5e temps. » Pour les pilotes de l’écurie Motul-Autech la chose était d’autant plus mal engagée que la Lexus n°36 de Wakisaka-Lotterer, la plus dangereuse de leurs rivales, était créditée du 2e temps alors que deux voitures sœurs s’installaient aux 3e - la n°6 de Ito-Wirdheim - et 4e rangs - la n°38 de Tachikawa-Lyons. « Pour Lexus, l’objectif était clair : nous empêcher coûte que coûte de remonter à la 3e place qui aurait permis à Motoyama de remporter le titre pilote et à Nissan de conserver le titre constructeur. Avant même le départ, nous savions que Tachikawa et Lyons allaient avoir pour mission de nous bloquer pour favoriser la fuite des n°36 et n°6. Ce que nous ne savions pas, c’est que la n°38 allait défendre sa position d’une manière aussi agressive. Suite aux contacts répétés, je finissais par éclater un pneu dans le dernier tour de mon relais. C’est à ce moment que nous avons tout perdu. » D’ordinaire si pointilleux concernant les contacts en course, le collège des commissaires se montrait cette fois bien myope, qualifiant de « faits de course » les attaques pour le moins meurtrières de la n°38. « Nous nous attendions à une stratégie d’obstruction qui aurait été de bonne guerre, mais certainement pas au point de friser le ridicule, souffle un Benoît quelque peu dépité.

Après ma crevaison, j’ai tenté de rallier le stand le plus vite possible et j’ai légèrement endommagé la carrosserie. Bilan, nous coupons la ligne à la 25e place. Satoshi termine donc à la 3e place du championnat et moi à la 4e. » Ainsi prenait fin la saison 2009 de Tréluyer qui, l’an prochain, tentera de ramener la couronne dans le camp Nissan. S’ouvre maintenant la longue trêve hivernale pour Benoît qui va se partager entre le Japon pour les essais d’intersaison et la France pour la recherche d’un bon volant dans la « Le Mans Series ». « Le calendrier 2010 de la LMS se marie bien avec celui du Super GT au Japon et j’ai de bons contacts avec des écuries intéressantes. Pour ce qui du Japon, étant content de Nissan et Nissan étant content de moi, nous allons repartir pour une nouvelle campagne avec l’objectif de retrouver notre couronne. Et puis, il y aura les 24 Heures du Mans... » Avant tout cela, il y aura aussi un peu de repos en France et un petit retour aux sources pour Benoît que ralliera la ville de Lyon au village de Gordes où il vit en empruntant à moto les chemins de traverses via le département de l’Ardèche. Ce qui veut dire que, même pendant l’hiver, notre ami « Benoit-poy » - animations à découvrir sur www.benoittreluyer.com - aura pleins de nouvelles aventures pour ses fans nippon et autres. « Benoit-poy, sourit Tréluyer, ça restera la plus grande réussite de ma saison ! » En 2010, n’en doutons pas, sa plus grande réussite sera de nouveau sportive... D’après un communiqué de Benoit Tréluyer.