SUPER FORMULA  Japanese Championship

Phototheque Digital Photographic

Saison 2009 -- #2 Suzuka (16-17 Mai 2009) Récit(s) d'après-course -

www.formulanippon-fr.com | L'actualité en français depuis 2009

Saison 2009 -- #2 Suzuka (16-17 Mai 2009) Récit(s) d'après-course

10 Août 2009, 09:23am

Catégories : #Saison 2009

Redacteur Nicolas-Dura/Fw2Vimage

 

En se qualifiant sur la 2ème ligne, à la 3ème position de la grille de départ, Loïc a remporté ce dimanche 17 mai, sa 1ère victoire de la saison. « Sur la piste détrempée de Suzuka, j’ai pris un très bon départ et j’étais en 2ème position dès le 1er virage. Pendant pas mal de tours, j’ai suivi le leader sans pouvoir revenir sur lui et l’inquiéter. Mais à mi-course, mon rythme étant toujours aussi bon, j’ai enfin pu remonter, porter une attaque à l’épingle, et prendre les commandes de la course. Très vite j’ai distancé mes concurrents et après mon ravitaillement- où nous n’avons pas effectué de changement de pneus- je suis reparti sans problème en tête de course. Merci à l’équipe, qui m’a préparé une très bonne voiture, puisque j’ai passé la ligne d’arrivée avec une vingtaine de secondes d’avance et avec le meilleur temps en course !! Le championnat s’annonce très serré, je suis maintenant à la 2ème place du championnat à 4 points du 1er et j’attends avec impatience la course de Motegi dans 15 jours. »Le rendez-vous est pris les 30 et 31 mai sur le circuit de Motegi !  G.E -- LoicDuval.com


A Fuji Loic disait que la Swift etait physique a conduire et que ca se verrait a Suzuka ou les petits gabarits pourrait souffrir.


Deuxième manche du championnat de Formule Nippon ce week-end sur le circuit de Suzuka, et deuxième podium de Benoît Tréluyer, le champion Super GT en titre. Une deuxième place importante pour le Français qui accroît son avance au championnat. C’est la pluie qui attendait Benoît et ses adversaires pour la séance qualificative. En Q1, le Français signait le meilleur temps avant de se contenter du 5e chrono en Q2 pour assurer sa qualification. La pluie stoppait pour la Q3, et la lutte pour la pole était de toute beauté entre André Lotterer et Loïc Duval. « Nous avons fait quelques modifications de réglages après la Q2, mais nous n’avons pas voulu aller trop loin car nous sommes encore dans une phase de découverte de la voiture », notait le pilote de l’écurie Lawson-Impul qui signait tout de même la pole ! Dimanche matin, la piste était sèche pour le warm up et Benoît en profitait pour parfaire ses réglages pour la course. « Avec le plein d’essence et des pneus usagés, nous ne sommes pas super vite mais assez toutefois pour être confiants. D’ordinaire, il est déjà difficile de trouver les bons réglages à Suzuka à cause de la grande diversité de virages, mais c’est plus dur encore cette fois-ci à cause du grip phénoménal généré par le revêtement neuf sur la première partie du circuit », notait-il en attendant la course. Deux minutes avant la fin des huit minutes d’essais accordées avant le départ, il se mettait à pleuvoir et tout le monde rentrait aux stands pour chausser des pluies. Du côté de l’écurie Lawson-Impul, on optait pour une prise de risque minimum et un compromis en termes de réglages. Benoît profitait au mieux de sa pole, s’élançait en tête et creusait l’écart sur ses poursuivants pendant les quinze premiers tours. Hélas, au fur et à mesure que le réservoir se vidait, la hauteur de caisse remontait et le Français perdait de plus en plus de grip à l’arrière. Pour Duval qui le suivait, c’était l’inverse, avec une voiture de plus en plus performante à mesure qu’elle s’allégeait. « Je l’ai maintenu à distance jusqu’à la mi-course mais j’ai fait une petit erreur à la sortie de l’épingle par manque de motricité, confessait Benoît après l’arrivée. Il s’est mis à l’intérieur et comme il était plus rapide, je n’ai pas voulu prendre de risque. J’ai aussitôt appelé mon stand pour ravitailler, mais j’ai du patienter un tour de plus. Une fois au stand, j’ai demandé un nouveau train de pneus pluie car je ne savais pas si j’avais cloqué mes gommes arrière. Je suis resté vingt secondes au stand, soit quelques secondes de plus que Duval qui restait avec les mêmes gommes. Je n’ai pas de regret car il était de plus rapide en fin de course de toute manière. » En coupant la ligne à la deuxième place, Tréluyer n’en signait pas moins un excellent résultat lui permettant d’accroître son avance au championnat où il compte désormais 19 points alors que Duval pointe à la deuxième place avec 15 points. « A l’exception de l’équipe de Nakajima qui semble avoir trouvé des réglages pour rendre la Swift plus stable sur les bosses, tout le monde tâtonne encore. Le châssis a plus de grip aéro que le Lola de la saison passée, et il faut intégrer le grip mécanique sans détruire le grip aéro. Nous y travaillons pour l’épreuve de Motegi dans deux semaines. »
www.benoittreluyer.com