SUPER FORMULA  Japanese Championship

SurperFormula 2015 F4FIA_JAP
Photothèque Digital Photographic

Suzuka: Vandoorne sur le podium - SUPER FORMULA: Japanese,Championship

SUPER FORMULA: Japanese,Championship

La Super Formula Nippon en français sur internet depuis 2009

Suzuka: Vandoorne sur le podium

24 Avril 2016, 15:51pm

Catégories : #SFormula, #Superformula, #Saison2016

Dernière mise à jour: 28/04/2016 - 17:14:45

Stoffel réalise l'exploit de passer de la Formle 1 à La Super Formula Nippon avec autant de succès. Le pilote Mc Laren reste très confiant pour la suite. Stoffel Vandoorne, qui s'est élancé depuis la 4e position sur la grille, se classe 3e à l'arrivée. "C'est une bonne chose, d'obtenir une troisième place lors de mon premier week-end de course en Super Formula Nippon ", à déclaré Vandoorne.

Très concentré au moment du départ et lors des entretiens, Vandoorne a su construire sa performance, malgré son inexpérience et l'exigence d'une épreuve de 250 kilomètres avec un seul arrêt au stand (la majorité des pilotes en avait décider ainsi, à cause en partie des nouveaux pneumatiques Yokohama).

Docomo Dandelion démarre de la même manière qu'elle avait débuté la saison précédente par un podium (3e) avec Narrain Karthikeyan.

Pendant la saison hivernale et les essais collectifs, la voiture allée bien et parfois moins bien. Toutes les membres de l'équipe ont fait un travail fabuleux pour se battre pour la victoire.

Lors des qualifications samedi, nous avons utilisé des pneus neuf en Q1, Q2, Q3 l'adhérence et le feeling etaient bons. Je me suis retrouvé 4e sur la grille. Suzuka est un circuit où il est difficile de doubler, donc le fait que je me sois élancé en bonne position sur la grille, et que j'ai pris un bon départ a été la clé."

On en parle que très rarement, mais sigalons que Stoffel réalise le second meilleur tour en course à quelques milièmes de Yuhi Sekigichi (IMPUL).

Auteur de son premier podium, c'est une performance qui rentre directement dans la lignée des plus grands: André Lotterer a fini deuxième, en 2003,sur sa première course. Il y a 10 ans, Loïc Duval remporté la seconde épreuve de la saison 2006 à Suzuka.

"C'est un bon résultat sur un circuit difficile - nous étions rapides en qualifications. En course j'ai tout tenté pour dépasser Kunimoto mais il n'a pas fait une erreur."

Le champion GP2 en titre a marqué son premier point pour ses débuts en F1 à Bahreïn, il y a quelques semaines à la place de Fernando Alonso chez McLaren, avant de monter sur le podium dimanche dernier à Suzuka dans sa première course. Interrogé sur "Motorsport.com" Stoffel indique que la F1 et la super Formula Nippon sont des catégories très différentes, que la plus grande disparité réside entre autres dans les pneus.

"La super Formula Nippon à une très bonne tenue aérodynamique, avec de bons pneus surtout dans les virages rapides comme à Suzuka, et où l'on peut aller à la limite. "C'est très agréable, surtout en qualifications, lorsque vous avez des pneus neufs et que l'adhérence va en s'améliorant au fil des tours. «La formule 1 est différente, très technique, beaucoup de choses à manipuler sur le volant et beaucoup de gestion pendant la course, surtout avec les règlements sur les moteurs - gestion de la batterie, économie de carburant, et des pneus,ce qui est assez difficile. "Ce sont donc deux choses vraiment différentes."

L'arrivée de Vandoorne en Super Formula Nippon a coïncidé avec le passage de témoin entre Bridgestone et Yokohama. Certes, tout le monde avait déjà roulé en fin d'année en essais, avec les nouveaux pneumatiques, mais personne ne savait comment cela se passerait tout au long d'une course. Prudence pour certains ? Expérience pour d'autres ? Difficile de savoir.

Quoi qu'il en soit on en sens bien que Bridgestone ne voulait vraiment pas en faire plus, lors de sa dernière année de partenariat, qui durait depuis plus de 40 ans.

Yokohama a reçu quelques critiques et des éloges, mais n'a pas passé encore les grandes chaleurs de l'été. Le rendement des pneus est mitigé, mais le résultat est relativement proche de son ancien rival.

Pour Vandoorne, il aurait bien pu aller au bout de l'épreuve (250 kilomètres) sans s'arrêter, à part peut-être pour faire... Le plein. «Nous nous sommes arrêtés pour le ravitaillement, et nous avons su conserver une cadence constante durant toute la course."


Par : Nicolas DURA

  Tweet print  Print Page